3 solutions pour éviter la condensation sous un toit en tôle

Si les toits en tôle sont très appréciés pour leur légèreté et leur facilité d’installation, ils présentent un inconvénient majeur : ils sont très sujets aux condensations.

De quoi s’agit-il, quels sont les causes de ces condensations et comment les éviter ? Toutes les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que la condensation ?

On parle de condensation lorsqu’une accumulation de gouttelettes d’eau, le condensat, se forme sous la toiture.

D’où viennent ces gouttelettes ? Pour faire simple, elles résultent de la variation de température entre la zone qui se trouve sous le toit et la surface de cette dernière.

Tandis que sous le toit, c’est-à-dire au niveau des combles ou de la couche d’isolant, l’air est chaud, à la surface, l’air est beaucoup plus froid.

À cause de cette variation de température, l’air qui se trouve directement sous la tôle va alors se condenser, c’est-à-dire, devenir plus dense jusqu’à passer de l’état gazeux à l’état liquide. D’où, la formation de gouttelettes d’eau.

Et il faut savoir que la formation et la présence de condensation sous un toit ne sont pas sans conséquence. En effet, ce phénomène peut entrainer :

  • La diminution de l’efficacité de l’isolation
  • La déformation de la toiture
  • L’effondrement du plafond et de l’ensemble de la structure dans le pire des cas

Les causes de la condensation

Connaitre et comprendre les causes de la condensation permettent de déceler la source du problème et au final, de le résoudre.

Comme nous l’avons vu, les gouttelettes d’eau se forment à cause de la variation de température. Or, la température devrait être la même (ou sensiblement la même) sous et à la surface du toit en tôle. Trois raisons peuvent expliquer cette différence.

Une mauvaise isolation

Lorsque l’isolation est mauvaise, l’air qui circule dans la pièce sous-jacente au toit et qui est généralement chaud (à cause des rayons solaires et/ou d’un système de chauffage), peut très facilement passer sous le toit.

La température se met alors à grimper dans cette zone alors qu’à l’extérieur, elle reste la même ou change très peu et beaucoup moins vite.

Et vous l’aurez deviné, cette variation de température va faire en sorte que l’air change d’état physique et se condense.

Remarque : On considère que l’isolation est mauvaise si elle insuffisante, faite à partir de matériaux de mauvaise qualité ou pire, totalement absente.

Un défaut au niveau du film pare-vapeur

Comme son nom l’indique, le film pare-vapeur est un revêtement étanche que l’on fixe sous le toit et qui permet de lutter contre le phénomène d’évaporation de l’air.

Et que se passe-t-il lorsque l’air qui se trouve sous un toit en tôle s’évapore ? Et oui, il se transforme en eau !

Quand le film pare-vapeur présente un défaut, s’il est de mauvaise qualité, a été mal installé ou s’il est totalement absent, il y a alors de fortes chances que de la condensation se crée sous le toit.

Une mauvaise ventilation

Pourquoi une mauvaise ventilation peut-elle causer le phénomène de condensation ? L’explication est toute simple.

À cause de celle-ci, l’air chaud qui se trouve dans la pièce sous-jacente au toit ou dans les combles n’est pas expulsé à l’extérieur (ou pas suffisamment) et continue alors de grimper en température.

Une mauvaise ventilation renforce alors la différence de température entre l’intérieur et la surface du toit en tôle.

Comment éviter la condensation ?

Maintenant que vous savez ce qu’est la condensation et surtout, pourquoi et comment elle se produit, vous devriez être capable de trouver les solutions pour éviter ce problème…

Si ce n’est pas le cas, rassurez-vous, voici ces solutions.

Améliorer l’isolation thermique

Si le problème vient d’une mauvaise isolation thermique, la solution est d’améliorer celle-ci en faisant en sorte que l’air chaud de la pièce sous-jacente au toit n’entre pas en contact avec celui-ci et/ou ne s’accumule pas (ou le moins possible) dans les combles.

Pour ce faire, deux options s’offrent à vous :

  • Remplacer la couche d’isolant en utilisant de meilleurs matériaux comme la ouate de cellulose ou le liège
  • Augmenter l’épaisseur de la couche d’isolant

Pour savoir à quel endroit l’isolation présente des faiblesses et à quel endroit il faut effectuer les travaux, il suffit d’utiliser une caméra infrarouge ou un thermomètre infrarouge et de repérer les zones de chaleur.

L’opération doit se faire durant la nuit ou lorsque la température sous le toit est au plus bas.

En procédant de cette manière, vous économiserez du temps, de l’énergie et de l’argent.

Améliorer la ventilation

Si la ventilation est en cause, dans ce cas, il faudra obligatoirement procéder à l’installation de nouveaux systèmes de ventilation pour permettre une meilleure circulation des flux d’airs.

ventilation-flux-air

Il peut s’agir de :

  • Ventilations mécaniques contrôlées (extracteurs d’air, échangeurs thermiques, etc.) qui sont assez chères, mais très efficaces
  • Ventilations naturelles (fenêtres, bouches d’aération, etc.) qui peuvent être moins chères, mais qui vont forcément nécessiter des travaux (plus ou moins importants)

Remarque : S’il s’agit d’installer des ouvertures, ces dernières doivent être placées sous le porte-à-faux.

Utiliser un bac anti-condensation

Un bac anti-condensation, aussi appelé « anti-goutte », est un dispositif qui va permettre de réduire, voire d’éliminer les effets de la variation de température qui, pour rappel, est la principale cause de la condensation.

Pour être plus précis, le bac anti-condensation va lutter contre l’humidité de deux manières différentes :

  • Soit en retenant l’eau pour ensuite l’assécher par ventilation, le plus souvent naturelle
  • Soit en drainant l’eau jusqu’aux égouts par l’intermédiaire de gouttières

Remarque : Si les bacs anti-condensation peuvent facilement être achetés dans les magasins de bricolage ou de matériaux de construction, leur installation est assez délicate et requiert généralement de faire appel à un professionnel.

2 « J'aime »