Fabriquer un poussoir pour scie sur table DIY pour plus de sécurité

La scie sur table permet de scier très vite, très facilement, bien plus précisément qu’à la main, selon différents angles et peut même permettre de découper des cercles avec un peu d’ingéniosité…

Mais si cette machine fait tout (ou presque) mieux qu’une scie à main ou circulaire, elle figure également parmi les plus dangereuses et peut vous causer la perte de vos doigts ou votre main.

Pour éviter les accidents, on utilise un poussoir sur une scie sur table. Cet accessoire, vous pouvez l’acheter ou mieux encore, le fabriquer vous-même. Je vous explique tout cela en détail.

Pourquoi utiliser un poussoir ?

Avant d’aborder la fabrication de poussoir pour scie sur table, voyons déjà pourquoi il faut utiliser cet accessoire. La réponse est simple : pour des raisons de sécurité.

Comme je l’ai évoqué dans les 5 règles de sécurité à respecter sur une scie sur table, la première règle à respecter quand on utilise cette machine c’est de garder les mains le plus loin possible de la lame.

En tournant à très grande vitesse, les dents tranchantes de l’outil pourraient causer de graves blessures, voire l’amputation si jamais vous venez à les toucher par mégarde.

Or, ne serait-ce que pour pouvoir déplacer la pièce à scier sur la lame, à un moment où un autre, il faudra bien se rapprocher de celle-ci.

Et c’est là qu’intervient le poussoir. En effet, cet accessoire va permettre de guider la pièce à scier vers la lame sans avoir à trop se rapprocher de cette dernière.

Par ailleurs, le poussoir va également permettre d’appliquer une pression sur la pièce à scier, évitant ainsi qu’elle ne se soulève et se fasse projeter en arrière (le fameux et très dangereux kickback).

Pourquoi se fabriquer des poussoirs DIY ?

Vous savez désormais que pour utiliser une scie sur table en toute sécurité, il est obligatoire d’utiliser un poussoir. Ce qui tombe bien étant donné que généralement, ces machines sont vendues avec un bâton-poussoir (push stick en anglais).

Dans ce cas, pourquoi s’embêter à en fabriquer un alors qu’il suffirait d’utiliser celui qui est fourni avec la machine ? Et bien, pour la simple et bonne raison que celui-ci, bien qu’utile, est très loin de répondre aux critères de qualité d’un bon poussoir. Je m’explique.

D’abord, on attend d’un poussoir qu’il nous permette de guider correctement et facilement la pièce sur la lame. Or, à cause de la forme et la surface d’appui très réduite du bâton-poussoir, il est très difficile d’y arriver, surtout avec des pièces larges et/ou longues.

Ensuite, si un bon poussoir permet d’appliquer une pression sur la pièce à scier, ou du moins sur une grande partie de sa surface, ce n’est pas le cas du bâton-poussoir.

Et pour finir, bien qu’il a été pensé pour pousser de fines pièces, sur des épaisseurs très réduites (moins de 1,5 cm), le bâton-poussoir est pratiquement inutilisable.

Attention, je ne suis pas en train de vous inciter à jeter votre bâton-poussoir. Celui-ci présente tout de même un avantage : il permet de rester loin de la lame.

Gardez-le, il sera parfait en combinaison avec un meilleur poussoir, dont je vous propose de découvrir la réalisation sans plus tarder .

Comment fabriquer un bon poussoir ?

Déjà, pour fabriquer un poussoir suffisamment solide, l’idéal est de prendre du bois dur ou un de ses dérivés (les dérivés du bois) d’au moins 1,5 cm d’épaisseur.

Ensuite, si vous avez bien suivi jusqu’ici, l’idée est de fabriquer un poussoir qui permet de :

  • Garder les mains le plus loin de la lame
  • Guider facilement la pièce à scier
  • D’appliquer une pression sur un maximum de surface

Tout va donc se jouer sur la forme du poussoir. Et par chance, il existe une forme (parmi tant d’autres) qui permet ces trois choses et qui ne vous est peut-être pas étrangère. Il s’agit de la forme de la scie égoïne.

Étape 1 : Découpe de la forme de base

Pour commencer, il faut donc scier la planche pour lui donner une forme semblable à celle d’une scie égoïne.

Ici, il n’y a pas vraiment de mesures ou d’angles à respecter. Vous devez juste veiller à ce qu’à la fin, votre poussoir réponde aux critères de qualité d’un bon poussoir et offre un minimum de confort.

Par ailleurs, vous n’êtes pas non plus obligé de réduire la hauteur de l’accessoire en suivant exactement la forme de la scie.

Au contraire, en gardant le maximum de hauteur, vous aurez la possibilité de manipuler le poussoir tout en gardant vos mains le plus loin possible de la lame.

Vous pouvez voir sur mon exemple que même avec la lame relevée au maximum, il sera possible de placer sa main sur le sommet du poussoir sans risque.

Étape 2 : Découpe de la butée

Tel quel, votre accessoire ne vous permettra que de garder les mains loin de la lame et d’appliquer une pression sur la pièce à couper. Mais pour qu’il puisse pousser, il faut lui créer une butée qui viendra se caler contre la pièce à scier.

La réalisation de cette butée se fait en sciant la planche au niveau de sa base, dans la longueur et à environ 1 cm du bord (la hauteur de la butée).

Attention : Il ne faudra pas scier entièrement la planche. Vous devez garder au moins 2 cm qui correspond à la largeur de la butée.

Une fois la planche découpée sur la longueur, il vous suffira de scier la fine languette que vous venez de créer pour révéler la butée.

Étape 3 : Création des poignées

Ajouter des poignées à votre poussoir permettra d’améliorer considérablement sa maniabilité et donc, son efficacité. Pour ce faire, vous commencerez par déterminer la forme des poignées et leur emplacement.

Attention : Une fois de plus, vous devez vous assurer que la forme et l’emplacement des poignées vous permettront de garder vos mains loin de la lame.

Vous pouvez vous inspirer du modèle de la scie égoïne pour trouver la meilleure configuration.

Une que vous aurez choisi une configuration, pour faciliter la découpe, retirez le maximum de matière en procédant à un perçage avec une mèche d’au moins 30 mm de diamètre pour offrir suffisamment de place à vos doigts.

Après quoi, il vous suffit de révéler la forme en utilisant un ciseau à bois et un maillet.

Une fois cette étape terminée, tout ce que vous aurez à faire c’est de poncer votre poussoir pour améliorer sa prise en main (et accessoirement son apparence).

Alternative : Un poussoir plus simple

Si la réalisation du poussoir vous semble compliquée, sachez que vous pouvez vous fabriquer un modèle plus simple, mais tout aussi efficace en vous inspirant du modèle suivant :

Les étapes de la fabrication restent pratiquement les mêmes, sauf qu’avec ce modèle, vous n’aurez pas à procéder à un perçage pour réaliser une poignée.

Sur ce poussoir beaucoup plus simple, l’angle au-dessus de la butée sera scié en biais. Ce qui servira de poignée.

Comment utiliser un poussoir ?

Maintenant que vous possédez un ou plusieurs poussoirs dignes de ce nom, il est temps d’apprendre à les utiliser correctement.

D’abord, il faut que vous teniez l’accessoire fermement et que vous fassiez en sorte que la surface d’appui ainsi que la butée soient en contact avec la pièce à scier.

Et c’est à peu près tout ! Il suffit ensuite d’exercer une pression suffisante vers le bas et vers l’avant pour faire en sorte que la pièce se déplace vers la lame.

Sachez d’ailleurs que les modèles de poussoir qui vous ont été proposés dans ce guide peuvent très bien s’utiliser sur différentes tailles de pièces à scier, notamment avec les pièces fines et larges :

Ou encore les pièces épaisses et étroites :

Normalement, avec ce type de poussoir qui est bien meilleur que le bâton-poussoir et avec toutes ces informations, vous devriez être capable d’utiliser une scie sur table beaucoup plus efficacement et en toute sécurité.

Et si vous avez de meilleures idées concernant la forme à donner à un poussoir pour scie sur table DIY pour le rendre encore plus efficace et sûr, n’hésitez pas à en faire part à la communauté :wink:

1 « J'aime »