Réaliser des supports muraux en palette

Il vous reste une planche de palette et vous ne savez pas quoi en faire ? Transformez-la en supports muraux pour plantes ou pour tout autre objet que vous souhaitez exposer en hauteur.

Pour vous accompagner dans la réalisation de ce projet, je vous ai concocté ce petit guide détaillé qui contient toutes les étapes de fabrication :slight_smile: C’est parti !

Le matériel nécessaire

Pour fabriquer vos supports muraux, vous aurez besoin d’une planche de palette (brute ou déjà poncée).

Celle que j’ai utilisée fait environ 9 x 70 x 2 cm et a permis d’obtenir deux supports d’environ 20 cm de longueur.

Côté outillage, vous aurez besoin :

  • D’une scie égoïne ou d’une scie à onglet
  • D’une perceuse
  • De quoi mesurer et tracer
  • De quoi poncer

Ensuite, pour ce qui est de la quincaillerie, vous n’aurez besoin que de quatre vis et d’un peu de colle à bois.

Étape 1 : Le ponçage

Cette étape n’est obligatoire que si vous êtes en présence d’une planche à l’état brut et que vous désirez que les pièces aient une finition lisse.

Pour ce qui est du ponçage en lui-même, vous ferez d’abord un premier passage avec un papier abrasif à grain épais (60 ou 80) pour enlever le maximum d’aspérités.

Vous finirez ensuite avec du papier à grain fin (100 ou 120) pour lisser le bois.

N’oubliez pas de poncer les chants (les arrêtes seront arrondies plus tard).

Pour plus d’astuces concernant le ponçage, jetez un œil à l’article suivant : Les 4 points clés pour bien poncer le bois.

À la fin de l’opération, vous vous retrouverez avec une pièce à la surface lisse et uniforme, mais également, avec beaucoup de sciure fine.

Astuce : Conservez cette sciure fine dans un contenant sec (sac plastique, boîte, etc.). Elle vous servira pour la fabrication de pâte à bois maison :wink:

Étape 2 : Mesure et traçage

Chaque support sera constitué de 2 pièces :

  • Une pièce de 9 x 20 cm
  • Une pièce de 9 x 9 cm

Il faudra donc découper la planche en quatre. Mais avant cela, il est nécessaire de mesurer et de tracer.

On commencera donc par mesurer et marquer des repères à 9, 18, 38 et 58 cm d’une des extrémités de la planche.

Ensuite, on prolongera les tracés à l’aide d’une équerre afin que toutes les pièces soient d’équerres justement.

Étape 3 : Les découpes

Ici, il s’agit tout simplement de scier la planche en suivant les repères que l’on vient de tracer.

Pour cela, on peut très bien utiliser une scie égoïne et mettre en pratique les 5 astuces pour scier droit à la main.

Sinon, pour aller plus vite, je vous conseille d’utiliser une scie à onglet.

Par ailleurs, cette machine vous permettra d’obtenir des découpes plus nettes et précises.

Une fois la planche sciée, vous obtenez vos quatre pièces.

Vous pouvez vous arrêter là pour les découpes ou bien scier les coins en biais comme je l’ai fait pour ajouter plus de style à vos supports muraux.

Ces découpes, il est tout à fait possible de les faire avec la scie égoïne, mais l’idéal est de rester sur la scie à onglet que l’on peut régler pour faire des découpes en angle.

Remarque : Poncer légèrement (à la main) les pièces après chaque nouvelle opération (découpe, perçage, etc.) pour ôter les éventuels éclats et pour arrondir les nouvelles arrêtes.

Étape 4 : Le perçage des avant-trous

Comme dit plus haut, les supports muraux seront constitués de deux pièces qui s’assembleront comme suit :

Vous l’aurez peut-être deviné, il s’agira de faire un assemblage à plat-joint renforcé par des vis. Ce qui signifie qu’avant, il faudra faire des avant-trous pour les vis avec des mèches adaptées.

Grâce à cela, le vissage se fera plus facilement et on évitera que le bois se fende (comment visser dans du bois sans le fendre).

On commencera donc par marquer les repères pour les avant-trous sur les plus grandes pièces. Ici, ils seront placés à environ 8 cm du bas de chaque pièce.

Après quoi, on procèdera au perçage à l’aide d’une perceuse ou comme j’ai choisi de le faire, à l’aide d’une perceuse à colonne pour percer le plus droit possible.

On en profitera aussi pour fraiser les trous afin que la tête des vis soit à fleur avec la surface de la planche. Pour cela, on utilisera une mèche du même diamètre que les têtes.

Et évidemment, on ne percera pas trop profond (0,5 cm de profondeur maximum).

Maintenant, vous devez surement vous demander comment percer les deux autres pièces qui seront placées à 90° par rapport aux précédentes, en faisant en sorte que les trous s’alignent parfaitement.

Il existe plusieurs méthodes, mais la plus simple que j’ai à vous proposer c’est d’utiliser un serre-joint d’angle.

L’idée est de maintenir les deux pièces à 90° et d’aligner les trous réalisés précédemment avec une ligne qui correspondra à la moitié de l’épaisseur de la plus petite pièce. Ce qui évitera aux vis de sortir d’un côté ou l’autre de la pièce.

Ensuite, à l’aide d’un maillet et d’un clou (ou de la mèche), on marquera l’endroit exact où percer. La pointe devrait laisser une marque sur le bois.

Et pour finir, il suffira de procéder au perçage des avant-trous sur les petites pièces en veillant à percer le plus droit possible.

Remarque : Si vous disposez d’un étau de perçage, vous pouvez percer les avant-trous sur les deux pièces en une seule fois, après les avoir maintenu en position à l’aide du serre-joint d’angle.

Pensez également à percer un trou à environ 2 cm du sommet du support et sur le centre. Celui-ci permettra d’accrocher l’objet sur un clou ou une vis.

Étape 5 : Le montage

Il s’agit de la dernière étape et qui consiste tout simplement à procéder au vissage.

Remarque : Je parle de vissage, mais comme il s’agit d’un assemblage à plat-joint, la règle veut que l’on utilise aussi et avant tout de la colle.

Pour que le vissage se fasse plus facilement, je vous conseille de maintenir les pièces en position et d’aligner les trous, toujours à l’aide du serre-joint d’angle ou d’un étau.

Veillez également à enfoncer les vis jusqu’à ce que leur tête soit à fleur avec la surface ou légèrement en dessous.

Le résultat

Au terme de ces 5 étapes (qui se bouclent assez rapidement rassurez-vous), vous obtenez deux supports muraux que vous pourrez facilement accrocher à un mur grâce à un clou ou un autre dispositif de fixation.

Vous pouvez notamment les utiliser comme supports pour plantes :

Ou pour exposer n’importe quel autre objet en hauteur :

Et si j’ai fait le choix de laisser les supports tels quels, sachez que vous pouvez très bien leur donner une autre finition (peinture, lasure, vernis, etc.).

Remarque : Si la combinaison vis et colle à bois offre une très grande solidité, évitez toutefois de poser des objets très lourds (plus de 5 kg) sur les supports.

1 J'aime